Viens mon amour

 

Viens donc, mon amour, me rejoindre sur la couche.

Laissons chanter nos corps soudés à l’unisson,

Que hurle aux quatre vents la voix de la passion,

Quand, l’une sur l’autre, se collent ainsi nos bouches.

 

Vois dans mes yeux, tandis que je te touche,

Ce que mon cœur dit du fond de sa prison.

Mourir en t’aimant est une meilleure raison

Que de périr d’une ou deux cartouches.

 

Tu sens en ton sein la raideur de ma souche.

Sont morts nés les cris que nous taisons

Quand, enfin, est livrée la liquide cargaison.

Ultimes frémissements quand sur ton corps je louche

 

Ce bon Cupidon sur nous deux a fait mouche.

Peu importe le temps, le lieu ou la saison.

De l’amour nous redorons souvent le blason

En de douces et lascives escarmouches.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×