Vie des hauts

Qu’il doit être difficile aux nantis de ce monde
De sentir sur leur cou la pression de la faux.
Cette lame tranchante qui vient quand il faut
Cisailler de leur vie la ficelle féconde.

Devoir abandonner ce qui fait leur richesse
Aux héritiers cupides qui déjà se pourlèchent
Sans se douter un instant que pour eux on bêche
Un petit coin de terre à leur future adresse.

Eux qui ont su sacrifier leur humanité
Pour écraser de leurs voisins un peu les pieds
Amassant de l’avoir en or, en papier
Doivent l’avoir saumâtre de ce temps limité.

Eux qui jamais ne sauront ce qu’est l’amitié
Car n’étant jamais sûr qu’elle ne soit intéressée
N’auront, pour les mêmes raisons, caressé
Que des amours incertaines qui me font pitié.

Gardez tous vos trésors et vos valeurs
Couvertures étincelante mais bien froide
Quand à l’hiver l’étoffe se fait roide
Moi je sais qu’est ailleurs le bonheur.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×