Souvenirs

 

Du chemin poussiéreux je vois les campagnes

Où travaillent si dur les hommes et leurs compagnes.

Je vois les blés qui se courbent sous la caresse du vent,

Des jeunes enfants jouent avec leurs beaux cerfs volants.

 

La grand-mère allongée repose sous le grand auvent,

Comme, avant elle, le faisait déjà sa mère auparavant.

Sur le poêle à charbon mijote doucement la soupe,

Attendant les hommes partis au bois pour la coupe.

 

Au ciel si bleu les gros nuages flemmardent,

Tandis qu’insensible à l’appel de la camarde

Le grand-père bine ses poireaux d’un geste sûr.

Un agneau bêle inquiet, sa mère le rassure.

 

Les grillons stridulent sous le brûlant soleil,

Le vieux chien se couche, tombant de sommeil.

Mais l’air soudain se met à trembler, il se brouille,

J’ouvre les yeux, des larmes les mouillent.

 

Le blanc chemin caillouteux devient route

Tandis que dans mon esprit se lève le doute.

Ce n’est pas un cauchemar que je suis en train de faire ,

C’est la fin de mon rêve qui avait tout pour plaire.

 

J’ai connu ces temps qui paraissent si  lointains,

Dont les souvenirs s’estompent, les couleurs ont déteint,

Pour laisser la place à ce monde factice, artificiel,

Où nous sommes si peu, le soir, à regarder le ciel.

Commentaires (3)

1. roger 27/03/2012

Des jeunes enfants jouent avec leurs beaux cerfs- volants.et non pas"Des jeunes enfants jouent avec leurs beaux cerfs volants."

2. alnilam 21/12/2007

Joli voyage au pays de notre enfance... Nostalgie partagée à propos de ces si jolis chemins qui sont devenus routes.

3. CYRAEL 10/08/2007

POURTANT LES ETOILES SONT SI BELLES..

nous sommes si peu, le soir, à regarder le ciel.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×