Que fait-on la nuit ?

Dans le noir de la nuit, au profond du sommeil,
Quand les rêves deviennent enfin réalités,
L’esprit comme aux aguets dans son corps alité,
Une part de nous semble craindre le réveil.

Quand le songe se fait soudain tangible
Paraissant, entre les draps, animer le corps
Au plus près de la conscience, tout au bord,
Sommes-nous liés à un monde invisible ?

Quand nous abandonnons notre vaisseau
Au silence ouateux des ombres nocturnes
Comme une splendide et précieuse urne
Y a-t-il une chose qui voudrait le prendre d’assaut ?

Et quand vient le réveil et que s’ouvrent les yeux
Pourquoi ce goût amer teinté de regret ?
Tous ces liens tissés de néant,  mal gréés,
Nous arrachent à ces mondes merveilleux.

J’aime ces moments où l’esprit se sait dormant
Mais où le rêve dévide la bobine,
Comme un enfant à l’humeur taquine,
Qui sait pourtant que l’âme lui ment.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site