Orage d’automne

Orage d’automne

 

Dans le ciel serein un nuage va voguant,

Bien frêle esquif pour un ange égaré.

Dans le lointain, un autre bientôt paraît,

Qui semble plus dodu, plus fringuant.

 

Tandis que s’écoule le flot capricieux

Du temps en ce dimanche d’automne,

C’est par centaines qu’ils moutonnent

Tout là haut, sous la voûte des cieux.

 

Ils s’enflent comme crapauds ambitieux,

Se teintent de tristes couleurs funèbres,

Annonçant bien fort des heures de ténèbres.

Une ride barre mon front soucieux.

 

Puis Balder intervient fournissant l’éclairage,

Roule le tonnerre comme une cavalcade,

Horde de Walkyries chevauchant à l’estocade

Contre le vent qui souffle avec rage.

 

Dans les éléments déchaînés je vois qui ploient

Ces pauvres arbres dont je prends tant soin

Ils ne sont que les impuissants témoins

Des forces aveugles que la nature déploie.

 

Enfin décroît l’orage, les pluies se tarissent

La nuit factice fait place au soleil qui brille

L’oiseau rassuré lance une timide trille,

Qui semble rompre le terrible maléfice.

 

Debout sur la terrasse, en regardant le firmament

Je prends conscience de mon statut d’humain.

Un grain de poussière que peut balayer demain

N’importe lequel des quatre éléments.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×