Mort d'un ange

 

Ils sont là, tous réunis autours d’une petite bière,
Leur conversation  ponctuée de cris et de gestes.
Ils sont soucieux du moment, oublieux du reste
Et leurs lèvres pincées marmonnent des prières

D’un geste négligent, un essuie une larme
Qui roule de son œil rougi à sa joue blême,
Tandis qu’un autre, à la pâleur de brème,
Frotte nerveusement ses yeux soulignés de parme.

Couché dans la soie blanche, on dirait un ange
Qui dort insouciant malgré le bruit autour,
Entouré de silhouettes qui semblent des vautours,
On pourrait croire que rien ne le dérange.

Les yeux fermés sur son absence de futur,
L’enfant repose dans son berceau de bois.
Se tordent les mains des parents aux abois
Dans la douleur de la perte de cet être pur.

La vie rejette parfois; sans raison apparente,
Des enfants qui semblent pourtant si vifs.
Ils finissent ainsi, solitaires, au pied d’un if
Tandis que père et mère dévalent la pente.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×