Mon amie…

 

Sur ton visage souvent se pose un beau sourire
Qui tente de cacher que tu ne fais pas que rire.
Et si dans ta vie tout n’est pas misère
Ce n’est sûrement pas celle que tu espères.

Moi je suis devant toi pour te souffler l’espoir,
Qu’enfin l’avenir te paraisse un peu moins noir.
Je tisse de mes mots une passerelle de soie
Où s’engage mon âme espérant que la tienne y soit.

Dans mon cœur de poète se cache un homme
Qui rêve avec toi de partager  un somme.
Ma douce, quand je nous vois si complices
Mes mains de te toucher sont au supplice.

Quand tu liras ceci, je regarderai tes yeux
Pour voir l’instant oû ils combleront mes vœux.
Si à tes lèvres monte un grand soupir
Je saurais alors que j’ai évité le pire.

Si ta main attrape la mienne et la serre,
Je serai à l instant le roi de la Terre.
Alors, avec tendresse, sur ta bouche mi close,
En cadeau, un baiser il faudra que je dépose.

Sous une pluie de caresses, corps offerts,
Nous nous dégusterons comme deux desserts
Mais aller plus loin nous ne pourrons aller
Ne voulant de notre droit chemin trop déhaler.

Entends près de toi ce pauvre cœur qui bat
Pendant que dans ton esprit s’élève le débat.
Fait donc taire ta raison, écoute ta passion
Et goûte de mon amour l’ardente potion.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site