Les poètes

 

Ces mots que nous tissons en poèmes jolis

Pour parler au coeur de celui qui les lit,

Ces mots doux et sensuels à nos oreilles

Réveillent en nous l’amour qui sommeille.

 

Ecrits avec des larmes et de l’encre sanglante,

C’est le mal et la douleur qu’ils représentent.

Notre âme soudain flétrie se couvre de bruine

A ces vers délétères qui nous parlent de ruine.

 

Des mots très doux peuvent être médecine,

Alors que d’autres tuent en rimes assassines.

Poète, crois-tu que tu en es le maître ou l’esclave ?

N’es-tu pas prisonnier dans une sorte d’enclave ?

 

Tous ces mots qui, sans cesse, fuient notre esprit,

Sur des pages sont couchés quand ils sont repris.

Moi, je m’en suis fait des amis fidèles qui accourent

Quand je veux composer un poème long ou court.

 

Ces mots consentants, déposés ici pour vos yeux,

Vous chantent leur puissance, ils sont merveilleux.

Ils chantent aussi pour vous, poètes, mon amour

Car, comme moi, vous les aimez et ceci pour toujours.

 

Ce poème vous est dédié, vous pour qui la rime

Est moins importante que dénoncer les crimes,

Mais qui savez le faire de façon plus belle

Que les journalistes qu’on trouve à la pelle.

 

Dans les coeurs vous allumez la passion.

Pilotes de l’âme, vous guidez l’émotion

D’un sonnet bien tourné, probante leçon,

Qui fait naître aux creux des reins le frisson.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site