Le poète

 

 

Le poète est un doux rêveur qui poursuit,

A travers les chemins empoussiérés,

Ses idéaux de beauté, d’amours enfiévrées,

Dans le bleu du ciel ou la nuit de suie.

 

Quand on se dit poète, un sourire s’affiche

Sur le visage de l’autre, mi-peiné, mi-moqueur,

Qui érafle l’âme sensible et perce le cœur.

Mais avec le temps qui passe, on s’en fiche.

 

Le poète parle aux hommes en mots de lumière.

Il parcourt les émotions de sa plume agile,

Pour capturer, de son encre, l’instant fragile

Où chantent les rayons de soleil sur les pierres.

 

Il clame l’amour et le décline de mille façons.

Que son cœur soit gai ou mélancolique, il le loue.

Il en est le triste comptable, le gabelou,

Mais prélève toujours une part de la rançon.

 

Ce poète qui, parfois, prête à sourire

Est une source de très grande frayeur

Quand il prend soudain un air railleur

Pour chasser du trésor les vampires.

 

Quand il manie des mots terribles

Comme « droit », « espoir » ou encore  « liberté »,

Les dictateurs et les rois se mettent à trembler

Et la froidure n’y est vraiment pour rien.

 

On voit alors d’honnête rimailleur

Qui se balance comme des fruits véreux

Aux branches d’un arbre, entouré de culs-terreux

Qui le pleurent en disant «C’était le meilleur »

 

Le poète est un doux rêveur qui poursuit

A travers les montagnes et les plaines

Cet amour qui partout l’emmène

Jusqu’au jour ou avec sa vie il s’enfuit.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site