Le fils et la mort

 

Père, mon père, je crois parfois sentir sur moi

Le souffle de la mort, ce qui cause mon émoi.

Ce  temps qui s’écoule sans que j’y puisse rien

Fait que bien souvent je ne me sente pas bien.

 

Fils, mon fils il te faudrait vivre sans crainte.

Accepter, de la vie, les règles, sans une plainte.

Mourir est l’action ultime qui réunit les hommes,

Riches ou pauvres, dans le même somme.

 

Père, mon père, qui approchez de la destination

N’éprouvez vous donc aucune appréhension ?

Comment accepter de quitter ce qui fait notre vie ?

A qui m’adresser pour lui dire « je n’en ai pas envie » ?

 

Fils, mon fils. Crois-moi, qui aperçois le bout du chemin,

Rien ne sert de quémander en prières ou parchemins.

Profite de l’instant, de ces beautés qui nous enivrent

A trop avoir peur de mourir, tu en oublies de vivre.   

 

Commentaires (1)

1. alnilam 23/12/2007

Belle philosophie, pour un non moins beau texte.
Bonne journée.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×