La limace de mer

Qui t’a vue un jour échouée sur le sable
N’aura pas eu la chance de voir ton charme.
Juste ce corps tremblotant, au sang parme,
Que la mer ignore et que le soleil accable.

Pourtant, dans l’eau, c’est le miracle.
Tes ailes déployées en ruban ondulants,
Entament un fandango, sensuel et lent,
Féérique et splendide spectacle.

Danseuse pleine de grâce en quête d’horizon,
L’océan, cette fois, pour toi, s’est fait trahison
Qui t’a rejetée loin de lui sur la côte.

Je t’offre ma main, ô étoile précieuse.
Rejoint cette onde qui te rend si gracieuse,
Regagne le large, mes pensées t’escortent.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site