Jeux de canons, jeux de ...

Souvent on accuse les poètes de parler d’eux-mêmes
Bien plus souvent que d’autres articles plus brûlants
C’est que maîtrisant le sujet, ils le font sans faux semblants
Et sont sûrs de ne galvauder, ni le genre, ni le thème.

 

Echappant, heureusement, comme bien d’autres
A ce travers, ce carcan souvent étouffant.
Je vais parler ici des ces pauvres enfants
Que ramassent à la pelle, de la guerre, les bons apôtres.

 

Comme me le disait ma maman en forçant le ton,
Arrêtez de vous battre, jeux de mains, jeux de vilains
Je rajoute ici comme écot, mais je le crains en vain,
Un addenda à cet adage : Jeux de canons, jeux de …

 

Comme sont vite oubliées ces hordes de mutilés,
Ces légions déchiquetées sur l’autel des finances.
C’est connu, rien de mieux qu’un peu de souffrance
Pour faire monter l’action et voir les lingots s’empiler.

 

De ces myriades de vies trop tôt disparues,
Combien de génies, de musiciens, de poètes
Ont été répandus en charpies, en offrande à Seth ?
Par les obus qui ouvraient la terre mieux que des charrues.

 

Quand, avec ma sœur, nous repassions le Rubicon,
Ma maman courroucée me disait ce merveilleux adage :
Jeux de mains, jeux de vilains, quelles paroles sages,
Mais je rajoute ici : Jeux de canons, jeux de …

 

Trop vite oubliés aussi ces rescapés des carnages.
Silhouettes désincarnées, qui errent dans les décombres
Pleurant sans bruit, silencieux comme des ombres.
Eux qui n’ont eu que des bombes en partage.

 

Vite enterrés les victimes du napalm ou de l’atome
Ceux qui en mourant ont tous vu la lumière
Tandis que leurs chairs se mêlaient à la pierre.
Quand j’y pense, je ne suis pas fier d’être un homme.

 

Par l’âge assagi, j’inculque aujourd’hui à mes garçons
Cet extrait de bons sens : Jeux de mains, jeux de vilains,
Quand je les vois se gifler ou se botter le train.
Et je rajoute, facétieux : Jeux de canons, jeux de…

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site