Est-ce que le monde est beau ?

Monsieur, est-ce que le monde est beau ?
Demande l’enfant avec un joli sourire.
Dois-je dire oui et lui mentir, lui cacher le pire ?
Chanter quelques merveilles comme un sinistre cabot ?

Ou, au contraire, en toute franchise, en avouer la laideur ?
Expliquer qu’un état peut justifier des massacres.
Qu’au règne de l’horreur c’est l’homme qu’on sacre.
A dire la vérité, je crains de lui faire un peu peur.

Mais peut-être alors serais-je quand même partial.
Il y a de bien belles choses sur notre planète,
Il me faut vous le confesser pour rester honnête.
Mais n’en déplaise à certains, je n’en connais de martiales.

Est-ce que ce monde est beau ? Je m’interroge aussi.
Nous nous croyons égaux, mais cela dépend pour qui.
La vie est-elle aussi belle pour qui tout est acquis,
Qu’elle l’est pour ce malheureux qu’on occit ?

Je bredouille donc quelques mots, sans conviction,
Je mélange de l’agréable avec un peu d’amer.
Le fracas des batailles, le bruissement de la mer,
Un fusillé de l’aube, un autre qui brûle de passion…

Mais l’enfant n’est pas dupe, qui me regarde fixement.
Dans ses yeux clairs passent des nuages sombres.
Il sait avoir une place dans ce théâtre d’ombres
Et sa main serre plus fort celle de sa maman.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×