Esclave de ta peau...

 

Frêle embarcation poussée par les vents

Fétu de paille emporté par les eaux

Je ne suis que l’esclave de ta peau

Et je m’incline bien bas devant.

 

Vibrent toutes mes membrures

Quand ta main se pose sur moi

Et dans la douceur de ces émois

Se referment toutes mes déchirures

 

Je sens bientôt mon mât trembler

Sous les vents violents de ton désir

Je sens que tu voudrais bien t’en saisir

Espérant ainsi être enfin comblée.

 

Quand à la fin de la tempête

Nous retrouve enlacés l’accalmie

Alors je prie, ma tendre amie,

Qu’Eole joue un autre air de trompette.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site