La fée de la clairière…

 

 

Une clairière au milieu des arbres,

Brume légère trouée de rais de soleil,

Je me dresse les yeux pleins de sommeil

Entre les immenses et droits candélabres.

 

Les fougères doucement bruissent

Sous le souffle léger d’un vent mutin.

Une abeille s’envole avec son butin.

Je m’allonge, les mains sur les cuisses.

 

Soudain s’avance en silence,

Sans même déranger les nuées,

Une ombre spectrale embrumée

Qui esquisse les pas d’une étrange danse.

 

Perdant de sa transparence,

Elle s’approche de moi en souriant

Comme si j’étais l’un de ses soupirants.

Peu à peu elle prend consistance.

 

Je reste pétrifié, entre désir et peur,

Tandis qu’elle se penche doucement

Et sur les lèvres m’embrasse tendrement

Laissant sur elles un goût de liqueur.

 

Je sens sous mes doigts le satin

De sa blanche robe éthérée.

Je l’entends et la sens respirer.

Elle est si belle malgré son pâle teint.

 

Ses mains parcourent mon corps,.

Je les sens sous mes habits s’insinuer

Autour de nous s’épaississent les nuées

Tandis que s’estompe et se fond le décor.

 

Après de longs et vigoureux ébats

Contre son épaule, je m’endors…

Je me réveille au milieu des ors,

Il est tard, le soleil est bas.

 

Je suis seul, ai-je rêvé tout cela ?

Pourquoi en ce cas suis-je nu ?

Est-ce une fée qui à moi serait venue ?

Et qui assouvie m’aurait laissé là ?

 

En conclusion de cette journée plaisante

Où j’ai fait cette rencontre câline

Je rebrousse chemin dans le soleil qui décline

La forêt soudain me paraît menaçante…

 

Commentaires (1)

1. 04/10/2009

Je salue le doux rêveur, ainsi que sa fée mutine, à l'occasion de mon (re)passage sur ce blog. Il y a si longtemps que je n'étais pas venue ! Que de nouvelles choses à lire !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×