Champ de coquelicots

Dans mon véhicule enfermé, je regarde la route,

Quand une tâche de sang attire mon attention,

Juste un éclat au coin de mon œil, couleur passion,

Je freine, enclenche une vitesse, en arrière toute !

 

Dans la verte campagne, entrecoupée de bosquets,

Se succèdent les champs de blé, de seigles et d’orge,

En camaïeux de verts. Soudain, vision de coupe-gorge,

Une flaque de sang rutilant sur un champ est plaquée.

 

Des coquelicots se dressent par milliers vers les cieux.

Leurs têtes rougeaudes se balancent dans le vent

Comme un foule silencieuse, avec moi devant,

Prêtre païen, célébrant des noces sanglantes aux dieux.

 

Spectacle rare et magnifique qui se perd,

Quand ils voyaient ceci en travaillant la terre,

Que pensaient nos ancêtres à l’âme austère ?

Ressentaient-ils ce qui m’anime, nos grands-pères ?

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site