Souffrir d’aimer…

 Malgré le ciel bleu, les nuages s’amoncellent,
Elle est là, toujours fidèle, ma déprime.
Elle me mine, mais met dans mon escarcelle
Les poèmes que j’écrits, une sorte de prime ?

 J’ai tout pour être heureux, mais ce n’est pas assez.
Toujours j’aspire, comme un gouffre sans fond,
A un peu d’amour, quelques cœurs à ramasser
Qui m’empêchent de descendre plus profond.

 Qui pourrait comprendre ? Moi-même ne le puis.
Quelle étrange perversion ronge mon essence ?
Qui creuse sans relâche un sinistre puit
Que je ne peux combler qu’en me torturant les sens.

 Quand  j’aime jusqu’à la folie, je souffre,
Alors comment puis-je donc aimer autant ?
Même si parfois cela sentait même le soufre
Je ne renie aucun amour pour qui j’étais partant.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site