Oh rois !

  Altier, fier, assis sur son piédestal d’airain,
Il contemple la terre rougie de sang, serein.
L’humeur de ceux  qui sont tombés sur le terrain
Pour défendre son rang, son honneur de souverain.
 

Son trône d’or lui est venu de droit divin.
Ce sang bleu qui coule dans ses veines
A causé de ses sujets la mort, quelle déveine.
Eux qui rêvaient de rire en buvant du vin.
 

Ceux-là qui vivaient heureux ne sont plus.
Ils ont donné leur vie pour sa majesté,
Alors qu’en la jetant dans les douves lestée,
Ils seraient encore ici, ivres et repus.

 Des chefs, des guides, des rois, il en faut.
Mais quand, pour sauver leur petite peau
,Le peuple doit  mourir au son du pipeau
On pourrait penser qu’il y a comme  un défaut.
 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×