Mes nuits d’infortune…

 

 

Du sang s’écoule de la lune et rougit l’horizon

Alors que chancelle et faiblit ma raison.

Des larmes tombent du ciel en rangs serrés

Et inonde mon cœur fraîchement déterré.

 

Tandis que s’effilochent mes pensées délétères

Et que mes propres larmes abreuvent la terre,

Des éclairs de noirceurs zèbrent les nues

Cachant à tes yeux mon corps à demi nu.

 

Je tremble et grelotte, non pas de froid

Mais plutôt de peur, voire même d’effroi.

Je cherche à tâtons un point d’ancrage

Car je sens que mon esprit fait naufrage.

 

Soudain je tiens une main secourable

Qui appartient à une femme formidable.

C’est ma mie, mon épouse, ma femme

Qui m’empêche de glisser vers les flammes.

 

La nuit est encore venue avec son triste cortège

Ces cauchemars qui au jour se désagrègent

Ne laissant en mon âme qu’un goût amer

Quand le soleil se lève enfin sur la mer.

Commentaires (1)

1. CYRAEL 10/08/2007

Soudain je tiens une main secourable

Qui appartient à une femme formidable.

C’est ma mie, mon épouse, ma femme

Qui m’empêche de glisser vers les flammes.

SPLENDIDE..EMOUVANT POEME..

cyrael



Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×