Je ne sais qu’écrire…

  Je ne sais qu’écrire…

Avec la terre humide au sensuel contact,
J’aurais voulu être celui qui modela ton corps.
Caressant, juste du bout des doigts, tes courbes avec tact
Sans jamais que je me lasse, encore et encore.

Avec quelques précieux pigments aux couleurs pastels
J’aurais aimé être celui qui t’a si bien dessinée,
Soulignant d’un peu d’ombre ton précieux autel,
Rehaussant d’ocre doré ta douce peau satinée.

Avec quelques notes de musique et quelques accords,
En pensant à toi, j’aurais créé une symphonie
Qui aurait stupéfait un roi autant qu’un pécore.
Mais hélas, du monde de la musique je suis banni.

Avec du ciment, du bois et des monceaux de pierres,
J’aurais pu bâtir un grand monument pour  ton bonheur.
Ou, gentilhomme et champion de la rapière,
J’aurais alors pourfendu quelques faquins en ton honneur.

Mais moi, c’est avec mon cœur, de l’encre et du papier
Que je dépeins au monde entier ton corps et ton âme.
Cet océan de beauté où je perds parfois pieds,
Me noyant à moitié, sans que s’éteigne ma flamme. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site