Fantasmes

 

De tes cheveux dorés je caresse les fils.

Ma main sur ton dos, tendrement posée, tremble

Et  vers ta nuque, mes lèvres se faufilent.

Instant magique où deux corps sont ensembles

 

S’explorent tout doucement et se découvrent.

L’un vers l’autre tourné, se dévorant des yeux

Oubliant du monde l’opprobre qui les couvre

Enlacés sous l’œil indifférent des cieux

 

Instants magiques volés au quotidien

Rompant la monotonie et la grisaille.

Tes souvenirs, bientôt, seront les miens

 

Ne pas penser à demain, mais ne pas oublier.

Il ne faut pas que les remords nous travaillent

Juste partager  l’amour, le temps d’un sablier.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site