Dépression

  Dans le linceul froid et humide de l’automne
J’entends pour toi mon cœur qui résonne.
Chaque coup qu’il porte me chante l’espoir
Et chaque silence me fait broyer du noir

Du fond de mon abîme je tremble de terreur
Des idées m’agitent qui me font horreur
Des pensées de mort, des visions de cercueils
Où je vois réunis tous les miens ; pour mon deuil.

 Je ne vois plus d’espoir, je sens venir la fin.
Ah !  Pouvoir se reposer et dormir enfin,
Laisser derrière soi ses problèmes et la vie
Mais, aussi, les siens sans leur en demander l’avis.

 Mais aujourd’hui je suis là, bien vivant,
Décider à déchirer la vie a pleines dents.
Je me présente à toi. Ô ! Ma douce étoile,
Du remords et des regrets pleins ma toile.

 Effrayé et conquis à la fois, délicieux moments
Qui font de la vie s’envoler les tourments
Et redonnent  à l’âme un sursaut de bonheur
Dans ce monde de cris et de douleurs.

Commentaires (1)

1. roger 27/03/2012

Décider à déchirer la vie à pleines dents.
et non pas "Décider à déchirer la vie a pleines dents. "

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×