Brin de conduite

Dans la nuit sur la route au loin je roule

Dans la lueur de mes feux qui trouent l’ombre

Comme de grands fantômes, des goules

Semblent m’attaquer des formes sombres

 

Le ruban d’asphalte se déroule en saccades

Découpé par les essuie-glaces qui dansent

La pluie d’orage tombe des nues en cascade

L’obscurité soudain se fait plus dense

 

Au loin d’autres phares éclairent la route

Sur mon pare-brise s’éclairent des diamants

Qui glissent sur le verre, puis partent en déroute

Quand le balai d’un coup nerveux les chasse

 

Le véhicule me croise et s’enfuit derrière

Les joyaux clairs deviennent perles de suie

Enfermé dans cette voiture qui fend l’air

Je me demande par instant où je suis

 

Mes pensées en dérives dans mon imaginaire

Ont accaparé mon attention quelques instants

Mais mon corps habitué, en bon mercenaire

Prend seul le volant pour quelque temps

 

Quand je réintègre enfin mon petit siège

Il me faut quelques instants pour me repérer

Flottant sur la route comme un bouchon de liège

Ames damnée des chemins, un rien désemparée

 

Vers ton cœur je roule comme un drogué

Mon amour me pousse dans les lacets

Entre nos deux cœurs la route est un gué

Me rapproche de toi chaque seconde passée

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site